Les 33 outils indispensables du peintre en bâtiment.

Gratter, nettoyer, enduire, poncer, … Vos travaux de peinture s’accompagnent d’une multitude de petites actions indispensables pour obtenir un résultat impeccable.


Vous devez bien vous équiper. À un outil correspond un usage. C’est hyper important de bien le choisir. Muni d’outils adaptés, vous préparez ainsi vos supports et les peignez en toute sérénité.


Un maximum d’efficacité pour un minimum d'effort.


Avant vos interventions, il est donc primordial de faire le point sur ces équipements incontournables. Suivez le guide et découvrez dans cet article, les outils indispensables, garants d’un travail de qualité et pérenne.



1 - Le couteau à enduire (petite lame à enduire pour les angles).


La pose d’enduit pour colmater les fissures et les trous des murs est une étape préparatoire nécessaire. Impossible de repeindre proprement sur une surface non-uniforme, non-égale.


Bien choisir la largeur de sa lame, c’est hyper important pour travailler plus facilement, plus rapidement et plus proprement. Le couteau à enduire est particulièrement efficace pour intervenir sur les angles. Gagnez en efficacité avec sa lame étroite et souple.


Ce travail délicat devient alors un jeu d’enfants.


2 - La lame à enduire (spatule pour lisser l’enduit sur le mur).


Un incontournable pour combler les imperfections (trous, fissures, défaut) présentes sur la surface d’un mur. L’enduit posé, vous profitez d’une surface plane. Nickel pour appliquer tranquillement votre peinture.


3 - Le couteau à gratter.


Triangulaire, à vitre, à moulures, d’angles, ... Le couteau à gratter sert à :

  • gratter les enduits instables ;

  • préparer les fissures, les trous ;

  • et les garnir d’enduit.

À noter : Il existe des modèles avec lames interchangeables bien pratiques et efficaces.


lame à enduire, couteau de peintre, peinture78.com
outils de préparation des supports avant peintures

4 - La brosse à épousseter.


Elle retire les impuretés (poussières, taches) sur un mur. Idéal pour peindre sur une surface nette !


5 - La pelle et le sac-poubelle.


Cela peut paraître anodin, et pourtant, ... Avant, pendant et après le chantier, la pelle et le sac-poubelle sont très utiles. Vous gardez votre chantier propre, vous bougez et évoluez avec aisance et en toute sécurité. Dans cet environnement dégagé, vous évaluez mieux les situations et la qualité de votre travail


Bien sûr, c’est indispensable pour assurer un résultat net et impeccable.


6 - Le papier de verre de grain fin, moyen, et gros.


Très utile pour les travaux de préparation ou de finition. Vous poncez, vous supprimez les aspérités. Obligatoire avant application de la peinture !

Fin, moyen, gros, la dimension du grain détermine la rugosité du papier.

Privilégiez un grain fin pour les finitions minutieuses. Optez pour un gros grain pour un dégrossissage ou une ébauche sur des surfaces avec d’importantes imperfections (éraflures, tâches, défauts de peintures notables) pour plus d’efficacité.

7 - Le chiffon microfibre.

Comme la pelle et le sac-poubelle, on peut vite le “zapper”. Et pourtant… Indispensable, le chiffon microfibre retire la poussière et les impuretés des surfaces à peindre. Il se glisse partout (radiateurs, tuyaux …). A utiliser humide pour plus d'efficacité.


8 - La brosse à radiateur pour les zones difficiles d’accès.


Et oui, sur un chantier, il n’y a pas que les murs à peindre. Pour un résultat homogène et convaincant, les radiateurs, eux aussi, doivent faire l'objet du plus grand soin.


Par nature, c’est un équipement particulièrement délicat à peindre. Votre allié pour cette opération : la brosse à radiateur.

Avec son manche coudé, vous peignez complètement et facilement votre radiateur.


2 types de manches :

  • coudé sur champs ;

  • coudé sur plat.

Idéal pour atteindre les zones peu accessibles.


Notre astuce : procédez élément par élément en limitant la charge de peinture sur votre brosse.


9 - La grille pour épurer le rouleau d’excédent de peinture.


Trop de peinture sur votre rouleau, bienvenue aux coulures, aux gouttes sur le support peint et aux projections dans votre zone de travail.


Pas assez, des traces visibles apparaissent sur votre mur.


Pour bien doser la quantité de peinture sur votre rouleau, utilisez une grille dans votre bac à peinture. Qualité de travail assurée.


Elle essore votre rouleau facilement et avec précision. La peinture retombe dans votre bac. Une économie appréciable.


10 - Le film plastique de protection.


Presque banal. Et pourtant si précieux. Vous vous apprêtez à peindre. Mais, vous ne pouvez pas retirer les revêtements du logement (moquette, parquet, ...) et les meubles.


Vous ne pouvez pas y échapper ! Il va falloir les protéger. Avec une bâche ou un film plastique de protection, vous préservez efficacement votre environnement


11 - Le cutter.


Ouvrir un emballage, découper un papier… Indispensable si vous recherchez efficacité, rapidité et sécurité.

Assurez-vous de changer sa lame régulièrement. La découpe régulière de papier la détériore.


12 - Le tournevis.


Prises de courant, luminaires, interrupteurs… Vous ne devez pas les peindre. Ils vous gênent pour bien travailler et évoluer sur votre chantier.


tournevis de peintre et d'électricien
L'indispensable tournevis.

13 - La roulette pour souder les joints de papier.


Incontournable pour réaliser un travail net et précis. Avec elle, vous vous assurez de la jonction parfaite entre chaque lé (bords de votre papier peint parfaitement collés).



14 - Des brosses de diverses tailles.


Bien choisir la taille de sa brosse, c’est s’adapter à la surface à recouvrir, à la minutie du travail. C’est aussi supprimer des tâches.


Les utiliser assure un mur propre et bien peint.


15 - Des rouleaux de différentes épaisseurs.


Murs, plafonds, boiseries... Le rouleau est bien plus efficace que le simple pinceau pour repeindre les grandes surfaces. Soyez vigilant au choix du rouleau.


3 critères sont à considérer pour sélectionner correctement son manchon :


la surface, le type de peinture et le matériau de composition.


La surface.


Surfaces lisses, poils courts. Surfaces rugueuses, poils longs.

Le type peinture à appliquer.


Les rouleaux en mousse, à poils courts pour la peinture glycéro.


Les rouleaux à poils longs en polyamide (ou microfibre) conviennent parfaitement pour la peinture acrylique.

Le matériau de composition.


Vous avez l’embarras du choix :

  • le téflon, matériau très intéressant, “conserve” la peinture, en dépose plus, rapidement et facilement. Un rendu plus homogène

  • avec ses fibres de 12 mm, les rouleaux anti-gouttes sont parfaitement adaptés aux peintures acryliques

  • privilégiez les rouleaux laqueurs (composés de mousse, de polyamide, de velours ) pour le traitement des boiseries

  • vous souhaitez passer une seule couche fine ? Optez pour le rouleau bicouche.

  • si la surface à peindre est rugueuse ou crépi, munissez-vous d’un rouleau nid d’abeille.

  • pour les murs de façades, utilisez les rouleaux à fibres 18 mm.


16 - L’escabeau.


Décoller le papier peint, le poser, peindre des surfaces en hauteur… Incontournable pour travailler dans de bonnes conditions.


17 - Le pont roulant.


2 sommiers, 2 poutres, un chariot et une nacelle qui vous accueille. Cet appareil de levage offre des gains de productivité appréciables si vous intervenez sur des grandes surfaces

(grands entrepôts, halls d'expositions, plafond cathédrale). Vous travaillez à 360°.


18 - La petite échelle.


L’escabeau n’est pas assez haut… Vous ne disposez pas de perches… La petite échelle facilite l’accès des zones hautes d’une pièce.

Dans un souci de simplicité, vérifiez la présence d’une tablette porte-outils. C’est fort pratique !


19 - La perche.


Les surfaces en hauteur ne représentent plus un obstacle à votre chantier. Munissez-vous d’une perche, peignez-les en toute sécurité et sans effort.


20 - L’halogène.


Vous devez veiller à l'éclairage de votre chantier. Trop faible ou inadapté, vous fatiguez votre vue. Un mauvais éclairage et des erreurs, des accidents peuvent survenir.


Bref, pour travailler efficacement et minutieusement, adaptez l’intensité de votre halogène (puissance exprimée en watts) et sa qualité (exprimée en lumens) à votre chantier.


Vous pouvez être gêné par un halogène trop puissant. Pensez-y.



21 - La ponceuse mécanique.


Le papier de verre, idéal pour le ponçage des petites surfaces. Mais pour poncer des zones de plus grandes dimensions, la ponceuse mécanique est vraiment utile.


Elle aplanit et votre peinture adhère parfaitement. Vous gagnez un temps précieux. Vous économisez votre énergie.

Mais laquelle choisir… Et oui, il n’y a pas qu’une seule ponceuse :

  • la vibrante pour assurer la finition de surfaces planes ;

  • à bande pour réaliser un décapage plus prononcé ;

  • la girafe pour traiter en hauteur (en particulier) des murs et des plafonds ;

  • l’excentrique, pour travailler des surfaces non planes.

Je vous laisse deviner l’intérêt d’une meuleuse d’angle.


22 - L’aspirateur.


Contrairement à ce qu’on pourrait penser, il ne sert pas qu’à nettoyer les sols.

Il ne se limite pas à cela.


Retrait de poussière, de poils en suspension... sur votre pinceau (que vous pourriez retrouver sur des murs), nettoyage des éléments d’un radiateur, raccord à votre ponceuse mécanique.


Pour un rendu final parfait, vous devez avoir un aspirateur.


une caisse à outils de peintre peinture78
Une caisse à outil de peintre

23 - Les crochets.


Pour suspendre un pot de peinture à votre escabeau ou pour accrocher une pièce à peindre sous différents angles, vous appréciez le confort procuré par les crochets de peinture.


24 - Le balai et la spatule à maroufler.


Vous venez de poser votre papier peint ? “Chassez” les excès de colle et les bulles d’air de l’intérieur vers l'extérieur avec votre spatule et votre balai à maroufler.


25 - La table à encoller.


Pliable, longue de 2 à 3 mètres, posez-y votre papier peint et encollez-le.

Petite astuce : une porte sur 2 tréteaux peut vous dépanner.



26 - La brosse à encoller.


Avec ses fibres synthétiques, elle vous permet d’appliquer de la colle sur un papier peint ou directement sur un mur. Très pratique !


27 - Le bac ou le seau.


Particulièrement utiles ! Ils facilitent l’application de la peinture sur votre rouleau, permettent la réalisation de mélanges et favorisent un travail sans effort.


Et oui, inutile de déplacer un lourd pot de peinture d'un coin à un autre. Versez-en une petite quantité dans un bac et n’oubliez pas de refermer le pot de peinture inutilisé !


28 - Les colorants universels.


Vous recherchez une couleur unique, “sur-mesure”. Ajoutez un colorant dans votre base, mélangez et obtenez la teinte de vos rêves.


29 - Les lunettes de protection.


Projections de peinture, poussière dans les yeux, …Pour la pose de parquet :

Les lunettes protègent et les préservent.


30 - Le masque.


L’utilisation de peinture, le ponçage, … Protégez vos voies respiratoires des substances (chimiques ou physiques) en suspension.


31 - Le malaxeur.


Manuel, rotatif ou électroportatif, il facilite la préparation de la peinture et son homogénéisation. Et indispensable pour le ragréage !


32 - La bande de calicot.


L’enduit posé sur une fissure, appliquez une large bande de calicot pour constituer un pont sur la fissure et éviter qu’elle ne réapparaisse. C’est un travail préparatoire indispensable avant de peindre.


33 - La patte de lapin (mini-rouleau).


Les rouleaux très larges manquent de praticité pour peindre des surfaces très étroites et/ou difficilement accessibles. Le mini-rouleau est l’outil le plus adapté à un travail plus précis et efficace.

2 types :

  • en mousse, parfait pour les surfaces planes et lisses (bois, meubles)

  • en fibre, impeccable pour peindre en profondeur (notamment les surfaces rugueuses). Les rouleaux très larges manquent de praticité pour peindre des surfaces très étroites et/ou difficilement accessibles. Le mini-rouleau est l’outil le plus adapté à un travail plus précis et efficace.

Vous en savez maintenant un peu plus sur les outils indispensables du peintre en bâtiment.

Comme vous l‘avez vu, chaque outil a son utilité et favorise la gestion efficace des travaux.

Pour la plupart d’entre eux, vous les réutilisez lors d’un futur chantier. Gain de temps, confort et sécurité, un investissement vraiment rentable. Bref, vous avez tout à y gagner ! Vous êtes peintre en bâtiment et vous utilisez quotidiennement plusieurs de ces outils. Faites-nous part de votre expérience en commentaires.

Nous échangeons avec plaisir sur ce sujet.