Les rouleaux de peinture : saurez-vous choisir le bon modèle ?

Dernière mise à jour : 10 févr.





Une monture (en bois ou en plastique) et un manchon amovible. Un rouleau de peinture, c’est, à première vue, un outil d’une extrême simplicité, particulièrement utile pour peindre n’importe quelle surface avec aisance et rapidité.

À priori, rien de très complexe. On charge le rouleau et on applique la peinture sur le support (murs, portes, volets, ...). Pour les novices en bricolage, cela semble une formalité, voire un jeu d’enfant: ”Une petite visite chez le revendeur du quartier, j’achète la peinture, le rouleau et le tour est joué.”

STOP ! Avec cette démarche, 2 risques :

  • un rendu final très éloigné de vos attentes ;

  • être complètement perdu dans le rayon peinture.


Et oui !

Poils longs ou poils courts… En mousse ou en nid d’abeilles… Fibres synthétiques ou naturelles… Le choix de rouleaux de peinture est très large. Vous avez l'embarras du choix. Choisir le BON modèle, celui qui est adapté à la surface à peindre et au rendu désiré, devient vite un vrai casse-tête.


Pas de panique ! N’abandonnez pas votre projet !! Nous allons vous donner un petit coup de pouce.

Découvrez, dans cet article, toutes les informations utiles pour sélectionner votre outil en toute sérénité. À la fin de votre lecture, vous maîtriserez l’univers des rouleaux de peinture sur le bout des doigts...

La monture : bois ou plastique ?

Les aficionados du bricolage, les puristes privilégieront les montures en bois.


Un toucher incomparable…


Plus légers, plus faciles à nettoyer, les manches en plastique offrent :


  • confort d'utilisation (système de démontage automatique du cylindre, touche pour augmenter la longueur du rouleau...) ;

  • ergonomie (avec des revêtements antidérapants) ;

  • longévité.


Rouleaux anti-goutte et microfibre
Rouleaux anti-goutte et microfibre


Les manchons : comment choisir le bon ?

Vous l’avez compris. Sélectionner la monture n'est pas la principale difficulté.


Par contre, choisir le manchon adapté, c’est un tout autre challenge.


Le type de peinture ou le produit appliqué (peinture, vernis), la nature du support (taille, état, matériau, ...) et l’accessibilité des surfaces déterminent le manchon à privilégier et sa largeur.


Choisir la bonne longueur.

Un manchon standard mesure 180 mm.

La longueur du manchon dépend du relief et de la taille du support.

Vous désirez repeindre un radiateur, privilégiez un manchon de 60 mm. Vous souhaitez rafraîchir une porte, optez pour la patte de lapin de 100 à 120 mm.


Enfin, les manchons de 230 à 250 mm sont adaptés pour traiter les grandes surfaces comme les plafonds et les sols. Fixés à une perche, ils offrent un gain de temps, un confort et une facilité d’utilisation très appréciables.


3 types de fibres pour des usages différents.

3 types de fibres recouvrent un cylindre :


  • synthétiques (pour les peintures acryliques principalement composées d’eau) ;

  • mélangées (pour les peintures glycéro essentiellement composées d’huile) ;

  • naturelles multi-usages (les plus performantes pour un rendu impeccable).


La taille des fibres.


Une finition, une longueur de fibres adaptées :


  • courtes pour les peintures brillantes ;

  • moyennes pour les peintures satinées

  • longues pour les peintures mates ;

  • extra-longues pour une peinture de façade.


8 manchons pour laisser libre cours à vos envies.


Le rouleau ravalement à façade.


Élégant, protecteur (pluie, neige, soleil, ...) , isolant (phonique et thermique), le crépi, utilisé sur les façades, présente des aspérités.


Vous devez opter pour un rouleau à façade, avec ses poils longs. Un résultat parfait !


Le manchon à lasure.


Fenêtres, portes, volets, portails...


La lasure protège le bois de votre logement contre toutes les agressions extérieures (Ultraviolets, insectes, humidité, ...) et apporte une touche déco agréable.


Vous devez utiliser un manchon à lasure pour couvrir efficacement et entretenir les bois de votre logement.


Le rouleau laqueur.


Profondeur, brillance... Une peinture laquée illumine vos pièces, leur confère un effet miroir.

Une application réussie exige l'utilisation d'un rouleau laqueur et une préparation minutieuse de votre support qui doit être parfaitement lisse.


En mousse et sans poil, vous obtenez une finition tendue.


Le rouleau mousse.


Polyvalent, le rouleau mousse permet la préparation d'une surface et l'application d'une peinture décorative.

Très pratique et souple, il est efficace sur tous supports peu accessibles ou difficiles à travailler (fenêtres, portes, plinthes,...).


Le rouleau nid d'abeilles.


Besoin de camoufler une imperfection ? Envie d'apporter une touche esthétique ? La pose d'un crépi répondra à toutes vos attentes.

Avec le rouleau nid d'abeilles et toutes ses aspérités, vous obtenez cette texture “granuleuse” si particulière du crépi.


Vous recherchez un crépi fin, optez pour un rouleau nid d'abeilles avec des trous fins.

Vous préférez un crépi plus prononcé, privilégiez un manchon aux aspérités larges.


Le manchon à poils longs.


Vous voulez repeindre un mur en briques ou une structure non-uniforme ?


Optez pour le manchon à poils longs adapté à une finition pochée.


Méfiez-vous ! Ces manchons gouttent énormément.


Protégez vos sols et équipez-vous en conséquence.


Les manchons à poils courts.


Votre objectif, obtenir un effet tendu et net.

Contrairement aux manchons à poils longs, ils ne gouttent pas.


À utiliser pour appliquer une peinture sur un mur lisse.


Les manchons à picots.


Très utile pour la pose d'un crépi, offrir du relief à vos surfaces.


Rouleau à ravalement
Rouleau à ravalement

Comment utiliser un rouleau à peinture ?


Avant toute première utilisation, vous devez frotter le rouleau à sec pour retirer les fibres mal accrochées (sinon possibilité d’impuretés sur votre surface).

4 étapes pour une application en toute quiétude :


  • versez votre peinture dans un seau ;

  • imprégnez votre cylindre en le roulant sur la surface de la peinture ;

  • essorez le manchon sur la grille installée dans le seau pour une garniture homogène ;

  • appliquez votre peinture sur le support lentement et régulièrement (pour éviter les éclaboussures) avec des mouvements de haut en bas.


Pour les zones difficiles d’accès (hauts de mur, plafonds, sols), munissez-vous d’une perche télescopique (gain de temps, meilleure qualité du travail et moins de fatigue physique).


Comment nettoyer un rouleau ?


Ça y est ! Votre support est peint. Hep Hep Hep.. Vous n'en avez pas fini pour autant.

Pour garantir sa longévité et sa prochaine utilisation, votre rouleau doit être nettoyé.


Ne l'abandonnez pas au fond du garage chargé de peinture.


Pas d'inquiétude, 4 étapes et quelques minutes suffisent :


  • retirez l'excès de peinture, au-dessus du seau, à l'aide d'une spatule ;

  • rincez votre rouleau sous l'eau du robinet ;

  • roulez-le énergiquement sur un support brut non peint ;

  • laissez-le sécher à l'air libre.

Autre solution : le roller cleaner.


C'est un tube plastique transparent (en forme de pistolet à eau) qui va épouser la forme de votre manchon.


Quel est le principe ?


Installé dans votre jardin ou dans votre salle de bain, raclez tout d’abord l'excès de peinture au-dessus d'un seau à l’aide de “l'encoche“ prévue.


Ensuite, insérez votre manchon dans le roller cleaner et bloquez-le à l’aide du crochet sur le tube.


Fixez à l'autre extrémité du tube, un tuyau d'arrosage ou votre rallonge de douche. (Vous devez enlever le pommeau au préalable.)


Ouvrez votre robinet et un jet d’eau chargé de peinture sort du tube.


Le manchon nettoyé, déclipsez votre rouleau, sortez-le et laissez-le sécher.


Démonstration en vidéo :




À vos rouleaux…

“Chercher ne signifie rien en peinture. Ce qui compte, c’est trouver.” (Pablo Picasso)¹


Voilà. Désormais, l’univers des rouleaux n’a plus aucun secret pour vous. Vous disposez dorénavant de toutes les informations nécessaires pour mener à bien votre chantier, pour trouver le rouleau idéal.

À chaque projet, son rouleau.

Mais attention. À lui seul, il ne garantit pas le succès du chantier. Des étapes de préparation de votre support (pose d’enduit, ponçage, nettoyage, ...) et de protection de la zone d’intervention (avec des bâches et des rubans de masquage) sont indispensables pour un résultat impeccable, un chantier mené dans de bonnes conditions.

Aussi, ne négligez pas votre protection.

Troubles cutanés ou du système nerveux, blessures physiques, …


Réaliser une peinture vous expose à des composants organiques volatils particulièrement dangereux pour la santé et aux risques de chutes. Soyez vigilant avec vos gestes. Protégez-vous avec un masque, des lunettes, une combinaison, des gants et des chaussures antidérapantes.


Vous souhaitez peindre une pièce de votre logement et vous ne savez pas comment vous y prendre ? Faites-nous part de vos interrogations en commentaires. Nous répondrons avec diligence.

Ressource documentaire :

¹ Source : http://evene.lefigaro.fr/citations/mot.php?mot=peinture&p=3